31 janvier 2020
Syndicat FOdpt68

CeA – FO obtient l’ouverture des négociations et les élus envisagent déjà la suppression de jours de congés !

Temps de lecture estimé : 2 min

Dans une précédente actu (lire ICI), nous vous avions informés des courriers adressés par Force Ouvrière à la Ministre de la Cohésion des Territoires en charge du dossier de la CeA, et aux Présidents des Conseils Départementaux 67/68 demandant le respect des dispositions de la loi portant création de la Collectivité européenne d’Alsace.

Moins d’une semaine plus tard et suite à notre détermination, Force Ouvrière a obtenu satisfaction avec l’ouverture dès le 11 février 2020 des NEGOCIATIONS dans le cadre d’une nouvelle instance (lire ICI). C’est là et pas ailleurs que se décidera l’avenir des futurs agents de la CeA.

En parallèle s’est tenue ce 30 janvier une simple réunion d’information au cours de laquelle ont été abordés quelques thèmes (processus de mobilité des directeurs dans le cadre de la CeA, temps de travail).

A cette occasion, nous avons appris que

Les élus envisagent déjà de supprimer jusqu’à 7 jours de congés pour les agents du CD68 !

NON à une CeA DESTRUCTRICE DE NOS ACQUIS !
OUI à une CeA CREATRICE DE NOUVEAUX DROITS favorables aux agents !

Défendez vos droits, rejoignez-nous !

Suivez FODPT68 sur Facebook


30 janvier 2020
Syndicat FOdpt68

Appel à cotisation 2020 – Soutenez l’action de FOdpt68 pour une meilleure défense des intérêts des agents !

Temps de lecture estimé : 2 min
Notre actuelle Collectivité est à l’aube d’un tournant majeur de son histoire car elle va disparaître dès le 1er janvier 2021 pour être absorbée par la Collectivité européenne d’Alsace. De profonds changements sont à prévoir à court et moyen terme et ceux-ci auront sans aucun doute des impacts sur les conditions de travail, sur les rémunérations et sur le déroulement de carrière de la plupart des agents.

Il est donc primordial que chacun et chacune puisse être défendu par une organisation syndicale puissante, déterminée et en capacité de négocier avec l’Administration. A cet effet, votre soutien nous est donc plus indispensable que jamais.

FOdpt68, l’organisation syndicale N°1 au CD68 !

Vous aussi, vous avez la possibilité de soutenir notre organisation, en y adhérant et de vous engager dans une cause juste et légitime. Le montant de la cotisation 2020 a évolué à la suite de la dernière Assemblée Générale pour atteindre un montant de 9,50 € par mois ou 114 € par an. Il convient de souligner que la cotisation syndicale versée ouvre droit à un crédit d’impôts de 66% à l’exception des agents déclarants les frais réels. Dans ce dernier cas, le montant de la cotisation est à ajouter à ces frais.

Pour les adhérent-e-s 2019 qui souhaitent renouveler leur adhésion, il convient simplement de faire parvenir à notre trésorier le montant de cette cotisation à l’adresse suivante : Syndicat FOdpt68, Hôtel du département, 100 avenue d’Alsace 68000 COLMAR. Il n’est pas utile d’adresser un nouveau bulletin d’adhésion. Les adhérent-e-s par virement ont simplement à modifier le montant du virement mis en place auprès de leur banque et de faire la régularisation nécessaire pour arriver au 114€ annuel au 31/12/2020.

Pour les sympathisant-e-s qui souhaitent adhérer à compter de 2020, nous vous prions de bien vouloir trouver quelques informations complémentaires sur l’adhésion 2020 (ICI). Pour celles ou ceux qui opteraient pour la mise en place d’un virement, nous vous invitons  à nous contacter par mail à contact@fodpt68.fr afin de vous adresser le RIB du syndicat. Nous rappelons également que la cotisation annuelle est due dans son intégralité quelque soit le mois d’adhésion.

Nous vous informons enfin que nous aurons le plaisir d’offrir, cette année encore à chaque adhérent 2020, un petit cadeau (financé intégralement par les condamnations prononcées par le Tribunal administratif contre le Département du Haut-Rhin en 2019) en remerciement du soutien ainsi accordé, lequel nous garantit le fonctionnement du syndicat en toute indépendance.

#INFO ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2020 de FOdpt68

le vendredi 15 MAI 2020
à PFAFFENHEIM

Suivez FODPT68 sur Facebook


29 janvier 2020
Syndicat FOdpt68

Entrave syndicale à l’égard de FOdpt68 : le CD68 condamné par la Justice administrative !

Temps de lecture estimé : 3 min

Depuis quelques années maintenant, le Conseil départemental du Haut-Rhin est régulièrement condamné par la Justice administrative qui sanctionne les décisions illégalement prises à l’égard des agents départementaux défendus par Force Ouvrière.

Une nième fois encore, le département du Haut-Rhin vient d’être condamné par la Cour Administrative d’Appel de Nancy dans une affaire l’opposant directement au syndicat Force Ouvrière.

En 2017, le syndicat FO a dû désigner un agent de catégorie B pour siéger en CAP à la suite de départs à la retraite de plusieurs membres FO de la CAP B. Le département avait refusé de nommer l’agent désigné en tant que membre de la CAP B au motif qu’il était déjà membre de la CAP C. Le département imposait à l’agent de démissionner de la CAP C pour pouvoir siéger en CAP B, ce que nous contestions.

Cet agent avait été élu en 2014 en CAP C puis avait été titularisé en catégorie B peu de temps après, suite à réussite à concours. La réglementation prévoit que dans ce cas, l’agent conserve son mandat en CAP C bien qu’il soit devenu agent de catégorie B.

STOP À l’ENTRAVE SYNDICALE !

Malgré un argumentaire implacable, le tribunal administratif de Strasbourg avait rejeté la contestation du syndicat Force Ouvrière. Nous avons alors décidé de faire appel de ce jugement.

Le 27 décembre 2019, la Cour d’Appel de Nancy a finalement fait droit à la demande du syndicat FOdpt68 en annulant le jugement du tribunal administratif de Strasbourg ainsi que la décision du département refusant de nommer comme membre de la  CAP B l’agent désigné par FO. Les juges ont considéré qu’aucune disposition législative ou réglementaire ne permettait au département d’imposer à l’agent désigné de démissionner de son mandat en CAP C pour pouvoir siéger en CAP B.

Le département du Haut-Rhin a en outre été condamné à verser 1500 euros de frais de justice au syndicat Fodpt68. Depuis 2 ans et demi, le département a été condamné à plus de 15.000 euros de frais de justice dans des affaires l’opposant à FO ou à ses adhérents …

Dans le privé, de telles pratiques de la part d’un employeur sont considérés comme un délit d’entrave sanctionné par un an d’emprisonnement et 7500 euros d’amende

Profondément DÉTERMINÉ,
rejoignez-nous et adhérez à FORCE OUVRIÈRE !

Suivez FODPT68 sur Facebook


24 janvier 2020
Syndicat FOdpt68

CeA – FOdpt67/68 demandent à la Ministre de la Cohésion des Territoires d’intervenir !

Temps de lecture estimé : 3 min

Dans une précédente actu (lire ICI), nous vous avions rendu compte du fait que les exécutifs des deux départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin avaient exclu sans ménagement Force Ouvrière de la dernière réunion intersyndicale qui s’était tenue le 6 décembre 2019 à Strasbourg. A cette occasion, nous avions dénoncé l’attitude inapropriée du vice-président du CD67 à notre égard et le non respect flagrant des dispositions de la loi portant création de la Collectivité européenne d’Alsace.

En effet, la Loi impose aux deux départements d’engager dès le mois d’août 2019 une négociation avec les seuls syndicats représentatifs au sein des deux collectivités à savoir ceux disposant de sièges en comité technique. Cette négociation doit aboutir à un protocole d’accord et définir les modalités d’intégration des agents au sein de la nouvelle collectivité (rémunération, conditions de travail, action sociale….)

FORCE OUVRIERE n’est pas là pour faire de la FIGURATION !

Face à cette situation de blocage, les syndicats FOdpt67, FOdpt68 et CGT67 ont déposé une demande officielle aux deux présidents des CD67 et 68 pour l’ouverture de cette négociation dans un délai maximal de 15 jours à compter du 21 janvier 2020.

En parallèle, les syndicats FOdpt67 et FOdpt68 ont sollicité l’intervention de Madame Jacqueline GOURAULT, Ministre de la Cohésion des Territoires en charge du dossier CeA ainsi que celle de Monsieur Philippe LAURENT, Président du Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale afin que les engagements pris par les deux présidents des Conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin auprès du Gouvernement soient respectés.

Vous trouverez ci-dessous l’ensemble des courriers qui viennent ainsi d’être adressés.

Unis et profondément déterminés à défendre les intérêts des agents des CD67 et 68, les syndicats FOdpt67 et FOdpt68 oeuvrent ensemble et d’une même voix pour que les agents puissent bénéficier du « meilleur » des deux Collectivités.

Madame KLINKERT et Monsieur BIERRY,

Le temps est venu de respecter la loi

et de tenir vos PROMESSES faites aux AGENTS !

Suivez FODPT68 sur Facebook


23 janvier 2020
Syndicat FOdpt68

RETRAITES – Mobilisons-nous plus que jamais : vendredi 24 janvier, on met le paquet !

Temps de lecture estimé : 2 min
Depuis le 5 décembre dernier, de nombreux salariés ont montré leur détermination à refuser le projet de réforme de retraite universelle par points. Après plus de 40 jours de mobilisation, le soutien reste massif et majoritaire dans l’opinion publique.

NOUVELLE MANIFESTATION

Vendredi 24 janvier 2020

RASSEMBLEMENT à partir de 13h30 et DÉPART du cortège à 14h00

Square de la Bourse à MULHOUSE

Le nouveau système est-il meilleur et plus favorable que l’ancien ?

Non. La liste des effets négatifs est longue :

• La prise en compte de toute la carrière au lieu des 25 meilleures années ou des 6 derniers mois aura pour effet de diminuer le niveau des pensions (d’autant plus pour les jeunes précaires d’aujourd’hui et tous ceux connaissant des aléas professionnels).
• Les majorations de trimestre pour enfant (entre 1 et 2 ans de départ anticipé par enfant) disparaissent, le temps partiel baissera d’autant le nombre de points acquis.
• La dépendance de la valeur du point à la situation économique fera des retraites la variable d’ajustement des crises financières.

Le fait est qu’au fur et à mesure de la mobilisation, les générations concernées ont glissé. Sont donc exclus de la réforme toutes celles et ceux nés avant 1975. Étrange pour un système aussi favorable…

La réalité est que ce nouveau système de retraite, c’est payer plus pour gagner moins et donc mécaniquement partir plus tard à la retraite.

Un système est-il toujours universel s’il contient des régimes spécifiques ?

Bien entendu, non. La liste des régimes spécifiques devient chaque jour de plus en plus longue (police, personnels navigants, marins…).

Cela démontre que l’argument de l’universalité était simplement marketing. Ce qui est recherché c’est la réduction des droits des salariés du régime général et des fonctionnaires qui représentent 97% des futurs retraités et plusieurs centaines de milliards d’euros de budget.

La réduction des retraites de 97% des futurs retraités aura les effets suivants :

• Les salariés reporteront individuellement leur âge de départ à la retraite

• Le nombre de personnes sur le marché du travail augmentera, augmentant du même coup le chômage, la concurrence entre chômeurs et facilitant donc la modération salariale

• Le développement de l’épargne-retraite pour compenser les baisses de pension, générera un marché financier rêvé pour les assureurs et les banques (Black Rock, Axa, etc.)

Ce projet gouvernemental est donc très politique. Il ne repose sur aucune analyse factuelle puisque aucune étude d’impact n’a été transmise.

Faudra-t-il travailler jusqu’à 64 ans ?

Oui ! Le retrait « provisoire » de l’âge pivot est une mascarade pour faire croire au compromis. Il ne concerne que les générations nées avant 1975. Pour tous les autres, les 64 ans s’appliqueront. De plus, le gouvernement instaure une conférence de financement avec des syndicats pourtant non représentatifs pour donner l’illusion d’un consensus large.

Le cadrage de cette conférence est de ne pas toucher aux cotisations ni aux pensions, donc concrètement la seule perspective est une mesure d’âge.

Que faut-il faire ?

Jusqu’à présent, la mobilisation a permis de maintenir des spécificités, de faire décaler dans le temps l’application de cette réforme aux générations après 1975. Pour obtenir le retrait, nous appelons l’ensemble des salariés à se mobiliser en particulier lors de la journée du 24 janvier, jour de présentation du projet de loi en Conseil des Ministres.

TOUS mobilisés le 24 janvier 2020 !

Suivez FODPT68 sur Facebook