29 juillet 2016
Syndicat FOdpt68

Intervention de l’inspection du travail au CD68 : Les propos du Président Straumann suscitent inquiétudes et stupéfaction !

Bonjour,

A la suite de l’intervention des inspecteurs du travail au sein du CD68 la semaine passée (voir notre précédent post), le président Straumann a vivement réagi dans les médias en critiquant les méthodes de notre organisation syndicale (lesquelles découlent simplement de l’application de textes réglementaires).

Depuis le début de la semaine, nombreux sont les agents à nous avoir signalé leur stupéfaction et leurs inquiétudes quant aux éléments de réponse apportés par le Président dans les interviews donnés aux médias depuis vendredi. Vous trouverez d’ailleurs l’article de l’Alsace paru samedi 23/07 ici.

Il est en effet stupéfiant de voir que la Collectivité connaissait la situation de l’intéressé depuis 2012… Et qu’a-t-elle fait depuis …? Mystère ! En tout état de cause, le CHSCT n’a jamais été informé de la situation….

Pire, on apprend qu’une mutation a été proposée à l’agent. Est ce là la solution miracle ? Une rencontre avec le Président Straumann suivie d’une mutation ?

Pour FORCE OUVRIERE, il n’est pas concevable de se contenter de proposer une mutation à un agent victime de mal-être au travail sans en analyser les causes réelles. C’est tout l’intérêt de l’enquête OBLIGATOIRE qui doit être menée par une délégation du CHSCT ou, à défaut dans notre cas, par l’inspection du travail.

C’est pour cette raison que les membres FORCE OUVRIERE du CHSCT ont demandé cette semaine aux inspecteurs du travail de poursuivre leurs investigations et d’établir le rapport correspondant qui indiquera, s’il y a lieu, les manquements en matière d’hygiène et de sécurité et les mesures proposées pour remédier à la situation. Quant à rendre public les conclusions de cette enquête, nous en laissons l’entière responsabilité au Président STRAUMANN.

Et les manquements dans le cadre du fonctionnement du CHSCT…. sont légions ! Nous y reviendrons

 

Article de l’Alsace du 23 juillet 2016