15 janvier 2019
Syndicat FOdpt68

Prime exceptionnelle 2018 : Certain-e-s grincent des dents…

A la suite de multiples interventions courant 2018 (lire ICI) de la part de FOdpt68, la Présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin, Brigitte KLINKERT, a annoncé, courant septembre 2018, qu’une prime exceptionnelle serait versée à chacun des agents du département du Haut-Rhin assujettis au versement de régime indemnitaire (primes diverses).

Versée aux agents n’ayant pas atteint le maximum de leur régime indemnitaire, cette prime d’un montant de 200 euros était attendue par chacun et chacune compte tenu de leur engagement et de leur professionnalisme au service de la Collectivité et des haut-rhinois.

Or, de nombreux collègues ont eu la désagréable surprise de découvrir, en consultant leur fiche de paie de décembre, qu’aucune prime exceptionnelle ne leur avait été attribuée, sans aucune explication.

Nous nous sommes donc adressés à Mme la Présidente pour qu’elle fasse en sorte de régler la situation de ces exclu-e-s d’autant que des solutions existent visiblement.

Elle a le pouvoir de rendre possible l’impossible.

Nous vous invitons à bien vouloir prendre connaissance des éléments contenus dans ce courrier  :

 

 


7 septembre 2018
Syndicat FOdpt68

Augmentation des Tickets Resto : Une bonne nouvelle et en même temps quelques inconvénients

Par une annonce récente adressée à l’ensemble des agents de notre Collectivité, Madame la Présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin a souhaité porter la valeur des tickets-restaurant à 9 euros au lieu de 7 euros jusqu’à présent.

Notre organisation syndicale tient particulièrement à souligner la volonté manifeste de la Présidente d’améliorer la situation des agents. En effet, depuis de nombreuses années, ceux-ci ont consenti des efforts importants pour redresser la situation financière du Département, aujourd’hui stabilisée. Nous l’avions déjà évoqué dans une précédente actualité en date du 21 décembre 2017 (lire ICI).

C’est une bonne nouvelle qui présente, en même temps, quelques inconvénients que nous n’avons hélas pas pu exposer préalablement à l’annonce de cette décision. Ceux-ci risquent, nous le pensons vraiment, de conduire un certain nombre d’agents à renoncer au bénéfice des ticket-resto (TR). Quant aux agents des collèges (agents les moins rémunérés au sein du CD68) qui perçoivent en moyenne l’équivalent de quelques TR sous forme de prime, ils ne seront hélas que très peu impactés par cette revalorisation.

Tout d’abord, pour un agent à temps plein, celui-ci devra consentir une retenue supplémentaire de 1 euro par TR sur son salaire soit 17 euros par mois (200 euros par an) pour obtenir la même somme de la part de la Collectivité. Combiné avec la mise en oeuvre du prélèvement de l’impôt à la source et l’augmentation du taux de cotisation retraite, cela va accentuer nettement le sentiment de perte de pouvoir d’achat dès la paie du mois de janvier 2019 pour les agents aux plus faibles revenus. Premier risque de renoncement à court terme.

En deuxième lieu, nous pensons que les agents auront davantage de difficultés à écouler les nouveaux TR. Ainsi, pour un repas en restauration rapide dont le coût avoisine les 7 à 8 euros en moyenne, un ticket resto à 7 euros avec un peu d’appoint suffisait. Avec un ticket à 9 euros, l’agent devra choisir entre payer en monnaie le montant exact ou renoncer à son rendu de monnaie s’il utilise un TR. Pour ce qui est d’un repas plus classique au restaurant avec une note moyenne le midi aux alentours de 15-16 euros, l’agent écoulait jusqu’à présent 2 TR à 7 euros avec un peu d’appoint. Avec un TR à 9 euros, il ne pourra en écouler plus qu’un et devra faire un appoint plus conséquent. A nouveau, un risque de renoncement à moyen terme.

Enfin, il ne faut pas négliger la dématérialisation des TR (carte rechargeable) dont la généralisation est sérieusement envisagée en 2020 avec de fortes restrictions d’usage (limitation géographique au département, montant maxi de 19 euros/jour, blocage de la carte les dimanches et période de vacances, en soirée….). Le risque de renoncement sera fort.

C’est pour l’ensemble de ces raisons, comme vous le savez, que nous plaidons sans relâche depuis dès mois et que nous continuons aujourd’hui à plaider, auprès de la Présidente, des élus et du Directeur Général des Services, pour que tous les agents de notre Collectivité puissent bénéficier également d’une gratification exceptionnelle, significative et universelle.

Vraiment, tous les agents l’espèrent

Suivez FODPT68 sur Facebook


23 mai 2018
Syndicat FOdpt68

Autorisation d’absence PMA : La présidente du CD68 dit OUI à FOdpt68 et aux agents !

Depuis près de deux ans, notre organisation syndicale n’a cessé de se mobiliser pour que les agent-e-s du Département du Haut-Rhin inscrit-e-s dans un parcours de procréation médicalement assistée (PMA) puissent bénéficier d’autorisations d’absence spécifiques à l’identique des salariés du secteur privé (lire les précédentes actus PMA ICI).

Comme vous pourrez le constater, nous n’avions pas ménagé nos démarches allant jusqu’à solliciter la ministre de la Fonction Publique du moment. Dans un courrier en date du 19 janvier dernier, nous avions décidé de solliciter la « nouvelle » présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin, Brigitte KLINKERT, sur cette problématique.

Une revendication FOdpt68 satisfaite !

Tranchant avec le positionnement précédant de la Collectivité, Mme la Présidente vient de nous informer qu’elle avait décidé d’accéder à notre demande et qu’elle allait ainsi permettre aux agent-e-s inscrit-e-s dans un parcours PMA de bénéficier des autorisations d’absence correspondantes. Vous trouverez ci-dessous un extrait du courrier du 17 mai dernier qu’elle nous a adressé en ce sens.

Nous ne pouvons que remercier la présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin pour cette avancée significative.

D’autres revendications FORCE OUVRIERE demeurent (gratification exceptionnelle pour tous par exemple). Nous aurons à coeur de les porter au plus haut niveau et espérons vivement qu’elles pourront être satisfaites.


11 avril 2018
Syndicat FOdpt68

Amélioration du dialogue social au CD68 / Rencontre FODPT68-Elus du 09/04/18 : un pas en avant

Depuis quelques mois, notre Collectivité a souhaité, sous l’impulsion de Mme Klinkert, Présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin, renouer le dialogue social, notamment avec le syndicat FO. Dans cette perspective, celle-ci a accepté d’accorder des moyens supplémentaires aux organisations syndicales du Département du Haut-Rhin et a ainsi satisfait quelques unes des revendications portées par notre organisation syndicale.

Brigitte KLINKERT

Partageant une volonté commune d’amélioration de nos relations respectives, le bureau syndical FODPT68 a souhaité adresser à Mme la Présidente un signal positif, en décidant de retirer des recours contentieux engagés devant le Tribunal administratif de Strasbourg et dirigés contre une dizaine de tableaux d’avancement de grade établis au titre de l’année 2015.

Cette décision a été annoncée à M Pierre BIHL, vice-président du CD68 en charge de l’administration et des ressources, et à M. Marc MUNCK, conseiller départemental délégué ressources humaines, à l’occasion d’une rencontre bilatérale en date du 9 avril dernier.

                                 Marc MUNCK

Au cours de cette rencontre, nous avons par ailleurs abordé plusieurs thématiques qui nous sont chères:

  • CAP avancements 2018
  • Situation des agents des collèges (privatisation, ambiance générale, régime indemnitaire…)
  • Conditions de travail des agents exerçant en extérieur par fortes chaleurs
  • Calendrier de négociations pour 2018
  • Avenir des CD67/68/Alsace

Sur ce dernier point, nous avons ainsi suggéré que les garanties apportées personnellement par le Président du CD67 aux agents départementaux bas-rhinois soient étendues par notre Présidente, si elle les partage, aux agents du CD68, de manière à les rassurer. Celui-ci s’est en effet engagé formellement à ce que les agents ne subisse aucune perte de rémunération ni aucune mobilité forcée dans le cadre du projet de « rapprochement » de nos deux départements.

Enfin et dans la mesure où le nouveau régime indemnitaire RIFSEEP ne sera visiblement pas mis en oeuvre avant l’année prochaine, nous avons vivement plaidé pour qu’une gratification exceptionnelle et significative soit octroyée à l’ensemble des agents du CD68 pour les efforts qu’ils ont consentis depuis plusieurs années en vue de contribuer au rétablissement de la situation financière du département du Haut-Rhin. L’engagement des agents de notre département a permis un désendettement important de notre Collectivité et lui a redonné des capacités d’investissement. Pour sa part, le département du Bas-Rhin avait décidé l’an passé de verser une prime exceptionnelle, pour ce motif, à ses agents en fin d’année 2017 (voir ICI).

MM. BIHL et MUNCK nous ont indiqué qu’ils relaieraient notre proposition à la Présidente très rapidement.