8 avril 2021
Syndicat FOCeA

Covid-19 : FOCeA demande la mise en place d’un 1er plan de vaccination pour les agents les plus exposés!

Temps de lecture estimé : 2 min

Comme l’a rappelé le Président de la République dans son allocution du 31 mars 2021, la stratégie vaccinale contre la Covid-19 consiste d’une part à vacciner les personnes les plus fragiles et les plus à risques, et d’autre part à protéger les soignants et le système de soin. Pour ce faire, le Gouvernement a priorisé les publics éligibles à la vaccination, sachant que l’âge est le facteur de risque le plus important.

A l’heure où le gouvernement préconise une montée en charge de la vaccination pour un plus large public, le syndicat FOCeA s’est adressé à Frédéric BIERRY, président de la CeA, afin d’organiser une campagne de vaccination, basée sur le principe du volontariat, en priorité à destination de certaines catégories d’agents de la Collectivité.

Il s’agit en effet de protéger dans un premier temps les agents-es travaillant dans le secteur médico-social (Aide sociale à l’enfance, PMI, Action sociale de Proximité, gérontologie …) en contact direct avec un public vulnérable et/ou précaire. A cet effet, nous n’avons pas manqué de préciser au Président BIERRY que, pour sa part, l’Eurométropole de Strasbourg commence dès demain à vacciner ses agents.

Par ailleurs, nous demandons que la vaccination soit également et rapidement proposée à d’autres agents, en particulier, nos collègues travaillant dans les collèges, eux aussi en contact régulier et/ou prolongé avec du public. Il n’y a pas de raison que ceux-ci soient écartés de la vaccination alors que le personnel de l’éducation nationale pourra y prétendre prochainement. En tout état de cause, le plan de vaccination de la CeA devra être présenté au CHSCT.

Nous aurons l’occasion de faire part de ces éléments, ainsi que ceux que vous avez bien voulu nous faire remonter depuis la création de la CeA, directement au Président BIERRY, à l’occasion de la première rencontre qu’il tiendra avec les organisations syndicales de la CeA ce lundi 12 avril 2021.

N’hésitez pas à contacter FOCeA, notre équipe demeure votre porte-parole privilégié auprès du Président, des élus et de la Direction Générale !

FOCeA


27 janvier 2021
Syndicat FOCeA

Premier Comité de pilotage Covid de la CeA : FOCeA affirme ses positions !

Temps de lecture estimé : 2 min

Le nouveau comité de pilotage COPIL Covid s’est réuni ce mardi 25 janvier à Colmar et a permis des échanges entre l’administration et les organisations syndicales représentatives. A cette occasion, le syndicat FOCeA a relayé les questions qui ont été remontées par les collègues haut et bas-rhinois, tout en formulant des revendications claires dans l’intérêt de tous.

HARMONISATION DES PRATIQUES ENTRE LES TERRITOIRES NORD (67)/SUD (68)

FOCeA a suggéré à l’administration d’uniformiser rapidement les pratiques entre les territoires Nord et Sud à l’échelle de la CeA, à commencer par la création d’une adresse mail unique pour toutes les questions relatives à la crise sanitaire (signalement de cas contact, de cas positif…). De plus, nous avons demandé et obtenu que l’administration informe en temps réel les membres du CHSCT de tout cas Covid+ (positif) signalé dans les services (de manière anonyme).

 

IMPACT DES ARRETS DE TRAVAIL OBLIGATOIRES CAS COVID+

Depuis le 12 janvier 2021, de nouvelles directives ont été imposées par le Gouvernement aux agents publics. Elles prévoient notamment que l’agent testé Covid+ se voit délivrer automatiquement par la CPAM un arrêt de travail (site DECLARE AMELI : https://declare.ameli.fr/ ) sans application du jour de carence.

Si cette mesure semble aller dans le bon sens au sujet du jour de carence, elle présente néanmoins de regrettables inconvénients notamment pour les agents asymptomatiques ou peu symptomatiques qui peuvent aisément télétravailler. En effet, la prime de fin d’année, les tickets restaurants ainsi que les droits à RTT se trouvent réduits du fait du placement d’office en congé maladie.

Dans ces conditions, alors que près de 70 à 80% des cas positifs sont asymptomatiques ou peu symptomatiques, le syndicat FOCeA a demandé à l’Administration que les effets pervers inhérents à l’arrêt de travail obligatoire COVID délivré automatiquement par la CPAM soient neutralisés pour les agents bénéficiaires de ce type d’arrêt. Cela permettrait par ailleurs d’éviter que des agents testés Covid+ ne se rendent sur leur lieu de travail par crainte de perdre prime, tickets restaurant et RTT.

 

ERGONOMIE DU POSTE DE TELETRAVAIL

Le télétravail ne devrait pas s’improviser dans la mesure où disposer d’un poste de travail confortable et ergonomique est important. Il ne faut pas négliger les risques de maladies professionnelles que peuvent engendrer, faute d’ergonomie adaptée, de longues heures de travail assis devant un écran avec utilisation d’un clavier.

Pour le syndicat FOCeA, le principe est simple : le télétravailleur doit disposer de conditions de travail conformes aux règles élémentaires d’ergonomie et de confort. Ainsi, il appartient à l’administration de fournir du matériel adapté : siège, souris ergonomique clavier….. Nous avons demandé une nouvelle fois que les agents en télétravail puissent TOUS bénéficier d’outils informatiques et de matériels ergonomiques adaptés.

 

NOUVELLE DOTATION DE MASQUES

L’administration nous a informé qu’une nouvelle dotation de 10 masques de catégorie 1 sera attribuée à chaque agent de la Collectivité dans les prochaines semaines. Afin de gagner un temps précieux et en perspective d’un possible confinement, le syndicat FOCeA a invité l’Administration à procéder dès à présent à la distribution de cette dotation.

 

En prévision du prochain COPIL, continuez à nous faire part de vos difficultés ou de vos interrogations.

Vos représentants FOCeA sauront assurément les faire remonter !

 


30 octobre 2020
Syndicat FOCeA

Covid19 – Mise en oeuvre du nouveau protocole sanitaire au CD68 : Les règles à respecter !

Temps de lecture estimé : 2 min

 

Comme nous le redoutions, la situation sanitaire est devenue en quelques jours difficilement contrôlable au sein de notre pays, ce qui a conduit le gouvernement à imposer un re-confinement « adapté » dont personne ne peut dire, pour l’heure, s’il sera efficace et donc suffisant… : l’enjeu fondamental est avant tout de préserver l’Hôpital, au bord de l’implosion, du fait notamment des nombreuses réformes successives qui l’ont mis à mal.

Compte tenu de l’urgence, un Comité de pilotage (COPIL) de re-confinement s’est tenu ce matin au  Conseil départemental du Haut-Rhin en vue de décliner, pour les agents et les services de la Collectivité, les modalités de mise en oeuvre du nouveau protocole national sanitaire. Les représentants FORCE OUVRIERE, y ont tenu toute leur place et ont remonté, auprès de l’Administration, les premiers questionnements et inquiétudes qui nous étaient déjà parvenues de la part des collègues dès hier.

Les grands principes à retenir sont les suivants :

1 – Le Service public doit continuer à être assuré notamment à l’égard des usagers les plus fragiles.

2 – Le TÉLÉTRAVAIL total ou partiel redevient la REGLE pour toutes les activités télé-travaillables.

3 – Le TEMPS DE PRESENCE SUR SITE doit être réduit au MAXIMUM pour l’exécution des tâches qui ne peuvent être réalisées en télétravail.

4 – Les agents dont les missions ne sont pas télé-travaillables doivent travailler en présentiel.

Toutefois, ceux-ci peuvent être placés en autorisation spéciale d’absence pour l’un des cas suivants, lorsque le télétravail n’est pas possible :

  • les personnes identifiées comme cas contact
  • le parent devant assurer la garde de son enfant de moins de 16 ans en raison de la fermeture de leur crèche, école ou collège, ou encore lorsque son enfant est identifié comme cas contact
  • les personnes considérées comme vulnérables. A cet effet, nous vous informons que notre sollicitation visant à revenir à la prise en compte des 11 pathologies initiales (lire ICI) a été logiquement acceptée par l’Administration.

Par ailleurs, la règle d’un agent maximum par bureau est maintenue MAIS cela ne doit pas conduire à ce que TOUS les bureaux soient nécessairement et systématiquement occupés. Dans le cas où un encadrant imposerait la présence d’un agent par bureau alors que les missions sont télétravaillables, cela contreviendrait aux obligations imposées par le Gouvernement.

Les réunions doivent se tenir en visio ou audio-conférence sauf impossibilité dument justifiée. Une réunion en présentiel doit relever de l’exception.

Ces nouvelles règles vont être rapidement déclinées dans chacune des directions. Nous serons extrêmement vigilants quant à leur respect inconditionnel !

Nous avons également alerté l’Administration sur la nécessité de renforcer les équipes techniques dans les collèges afin de ne pas surcharger davantage les agents exposés à un lourd protocole Education Nationale à mettre en oeuvre. Le taux d’absentéisme pourrait hélas rapidement exploser.

De même, il va être indispensable de préserver la capacité opérationnelle des centres routiers de la Direction des Routes en vue d’assurer la viabilité hivernale des routes dans la mesure où la Collectivité ne dispose d’aucune réserve d’intervention. La sécurité des usagers et des approvisionnements de toute sorte en dépend. Des aménagements d’horaire doivent notamment se remettre en place si nécessaire pour limiter la présence simultanée d’agents en nombre dans les centres.

Pour le secteur Médico-Social, le service rendu à l’usager restera globalement maintenu.

Nous avons aussi demandé et obtenu que l’ensemble des communications et informations émises par l’Administration sur la crise sanitaire à destination des agents soit centralisé et partagé sur une section dédiée de l’Intranet.

Enfin, nous vous invitons à faire remonter toutes les difficultés auxquelles vous allez ou pourriez être confrontés au cours des jours et semaines à venir. Si vous êtes concernés, contactez nous de préférence par mail adressé à contact@fodpt68.fr ou à défaut par téléphone au 07 82 70 14 53. Le prochain COPIL aura d’ailleurs lieu le 12 novembre prochain.

 

Suivez FODPT68 sur Facebook


3 juin 2020
Syndicat FOCeA

Covid19 – Evolution de la situation administrative des agents du CD68 au delà du 2 juin

Temps de lecture estimé : 1 min

Dans nos précédentes actus (lire ICI) relative au Plan de Retour d’Activité (PRA), nous vous avons notamment fait part de l’évolution de la position administrative des agents du département du Haut-Rhin, depuis la fin du confinement, suivant leur propre situation. Depuis le 2 juin, une nouvelle phase de déconfinement est entrée en vigueur avec notamment la réouverture des établissements scolaires.

Bien que le PRA soit toujours en vigueur avec le télétravail qui demeure encore la règle, la situation administrative des agents départementaux a évolué à compter du 2 juin suivant les modalités suivantes :

– Agents en travail effectif (télétravail réel ou travail en présentiel) : inchangé

– Agents en autorisation d’absence pour garde d’enfants de moins de 16 ans, en cas d’impossibilité d’accès à un mode de garde (crèche, périscolaire, assistante maternelle) OU à une scolarisation sur site. L’agent devra fournir une attestation de l’établissement scolaire, de la structure d’accueil, OU de la commune certifiant que son enfant n’est pas accueilli, ainsi qu’une attestation sur l’honneur du ou de la conjoint-e précisant qu’il ou elle ne peut garder l’enfant compte tenu de contraintes professionnelles par exemple. Dans cette situation, l’agent conservera ses droits (RTT, congés, primes) à l’exception des tickets restaurant.

– Agents en congés annuels ou RTT pour ceux qui ne souhaitent pas scolariser leur enfant alors que l’établissement scolaire peut l’accueillir

– Agents en autorisation d’absence pour personne vulnérable ou vivant au côté d’une personne vulnérable. L’agent devra fournir un certificat médical indiquant que, compte tenu des recommandations sanitaires en vigueur pour les personnes à risque, il doit être maintenu en isolement. Dans cette situation, l’agent conservera ses droits (RTT, congés, primes) à l’exception des tickets restaurant.

Pour les agents qui sont placés en congé de maladie ordinaire, FOdpt68 a rappelé lors du COPIL qui s’est tenu le 28 mai dernier, sa demande visant à ce que la prime de fin d’année et le régime indemnitaire ne soient pas impactés pendant la période d’état d’urgence sanitaire comme l’a recommandé le Gouvernement. Il serait en effet inéquitable, sur le plan indemnitaire, que les agents qui ont été malades avant le 11 mai ne soient pas traités de la même manière que les agents malades au delà.

Il nous est apparu nécessaire de faire le point sur ces dispositions dans la mesure où, il a été récemment demandé à des agents dont l’établissement scolaire n’accueillait par leur enfant, de produire un arrêt maladie avec les conséquences que cela implique sur les droits à rémunération.

Quant à la prime exceptionnelle, nous avons été informés qu’elle serait certainement réservée à quelques agents de la Collectivité qui ont eu un surcroit d’activité (ASFAM, agents volontaires dans les EHPAD, agents de la DILO).

 

N’hésitez pas à nous faire part de vos difficultés, nous sommes là pour vous aider à y faire face. Contactez nous de préférence par mail adressé à contact@fodpt68.fr ou à défaut par téléphone au 07 82 70 14 53.

 

Suivez FODPT68 sur Facebook


15 mai 2020
Syndicat FOCeA

Covid19 – Pas de congés maladie mais des autorisations d’absence pour les agents du CD68 dits « vulnérables »

Temps de lecture estimé : 2 min

Dans notre précédente actu (lire ICI) relative au Plan de Retour d’Activité (PRA), nous vous avons fait part notamment de l’évolution de la position administrative des agents à compter du 11 mai en fonction de leur situation.

Bien que le PRA soumis au CHSCT le 7 mai dernier ait indiqué que les personnes vulnérables doivent, sur présentation d’un certificat médical, être placée en congé maladie ordinaire, il n’en est rien.

A la suite d’une vérification que nous avons effectuée et à l’issue de laquelle nous avons alerté l’administration, les agents considérés comme vulnérables ainsi que ceux vivant en présence d’une telle personne ou d’une personne atteinte du Covid19, ont en effet droit à être placés en autorisation spéciale d’absence s’ils ne peuvent télétravailler (missions non télétravaillables, garde d’enfants nécessitant une attention importante). Dans cette situation et pour rappel, les agents continuent à générer des RTT et à percevoir les tickets restaurant et leur prime de fin d’année (valable jusqu’au 2 juin pour l’instant, suite à la satisfaction de revendications portées par FO).

Pour mémoire, les personnes vulnérables présentant un risque de développer une forme grave d’infection au virus SARS-CoV-2 sont les personnes suivantes :

  • les personnes de plus de 70 ans ;
  • les patients aux antécédents (ATCD) cardiovasculaires: hypertension artérielle compliquée, ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • les diabétiques insulinodépendants non équilibrés ou présentant des complications secondaires à leur pathologie ;
  • les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  • les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • les malades atteints de cancer sous traitement ;
  • les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise :
    •  médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive,
    • infection à VIH non contrôlé ou avec des CD4 <200/mm3,
    • consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques,
    •  liée à une hémopathie maligne en cours de traitement,
  • les malades atteints de cirrhose au stade B de la classification de Child-Pugh au moins ;
  • les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 30 kg/m2) par analogie avec la grippe A(H1N1)09.

A cette liste, s’ajoute les personnes reconnues en affection de longue durée (ALD) au titre des pathologies suivantes :

  • Accident vasculaire cérébral invalidant ;
  • Insuffisances médullaires et autres cytopénies chroniques ;
  • Artériopathies chroniques avec manifestations ischémiques ;
  • Insuffisance cardiaque grave, troubles du rythme graves, cardiopathies valvulaires graves, cardiopathies congénitales graves ;
  • Maladies chroniques actives du foie et cirrhoses ;
  • Déficit immunitaire primitif grave nécessitant un traitement prolongé, infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ;
  • Diabète de type 1 et diabète de type 2 ;
  • Maladie coronaire ;
  • Insuffisance respiratoire chronique grave ;
  • Maladies métaboliques héréditaires nécessitant un traitement prolongé Spécialisé ;
  • Mucoviscidose ;
  • Néphropathie chronique grave et syndrome néphrotique primitif ;
  • Vascularites, lupus érythémateux systémique, sclérodermie systémique ;
  • Polyarthrite rhumatoïde évolutive ;
  • Rectocolite hémorragique et maladie de Crohn évolutives ;
  • Sclérose en plaques ;
  • Spondylarthrite grave ;
  • Suites de transplantation d’organe ;
  • Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique.

Par ailleurs, ce même dispositif s’applique aux femmes enceintes à compter du 7ème mois de grossesse.

 

Enfin, et après cette première semaine de déconfinement progressif, nous vous rappelons la nécessité de nous faire remonter toutes les situations d’agents confrontés à des difficultés particulières au cours des semaines à venir. Si vous êtes concernés, contactez nous de préférence par mail adressé à contact@fodpt68.fr ou à défaut par téléphone au 07 82 70 14 53.

 

#PRENDSOINSDETOI

Suivez FODPT68 sur Facebook